Augmentation mammaire : Prothèses Rondes ou Anatomiques

La France interdit certains modèles d’implants mammaires

Suite à une suspicion de cas de lymphome associé au port d’implants mammaires, l’agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé a pris la décision d’interdire en France certains types de prothèses.

Quels sont les implants concernés ?

Les types de prothèses soupçonnées de provoquer une forme rare mais grave de cancersont les implants mammaires à enveloppe macro-texturée c’est à dire rugueuses et les implants en polyuréthane.

Les implants mammaires sont classifiés selon le degré de rugosité de la pellicule qui les entoure.

C’est donc la texture de l’enveloppe de l’implant qui est mise en cause par l’ANSM.

Cette texture macro-texturée serait responsable d’une inflammation chronique des tissus qui déclencherait la maladie chez certaines patientes.

Même si les cas sont très rares, il est désormais conseillé d’utiliser des implants mammaires lisses aussi bien en chirurgie esthétique qu’en chirurgie réparatrice.

Cette décision, est une mesure préventive, prise seulement pour les prothèses macrotexturées.
Les docteurs Pierre Dumas et Paul GASNIER n’ont jamais utilisé ce type de prothèses mammaires. 
Les dernières études scientifiques ont démontré que les prothèses en gel de silicone tout comme celles en sérum physiologique ne favorisaient absolument pas ce type cancer.

Qu’est-ce qu’un Lymphome ?

Le lymphome anaplasique à grandes cellules (LAGC) est une pathologie cancéreuse rare dont la cause est le port d’implants mammaires macro-texturés.

Les symptômes peuvent être des douleurs, des rougeurs, des démangeaisons dans les seins ou une augmentation du volume de la poitrine.

Ce sont ces symptômes qui doivent alerter et qui nécessitent une analyse approfondie pour poser le diagnostic.

Le retrait de la prothèse peut suffire à éradiquer la maladie si celle-ci est très localisée.

Quelles sont les recommandations de l’ANSM ?

« Compte tenu de la rareté de ce risque », l’Agence nationale des produits de santé ne préconise pas un retrait préventif des dites prothèses.

Aucune recommandation en ce sens, seul un suivi habituel avec examen clinique annuel est préconisé.

L’ANSM souhaite surtout sensibiliser et alerter les femmes porteuses de prothèses à réaliser un diagnostic si des symptômes cités apparaissent.

En cas de doute, il ne faut pas hésiter à consulter son médecin.

Nous vous rappelons que vous pouvez vérifier la marque, le type et la provenance de vos prothèses mammaires sur la carte qui vous a été remise par votre chirurgien et que vous devez la conserver sur vous.

Si vous avez des questions, vous pouvez joindre le secrétariat des Docteur Pierre Dumas et Paul GASNIER au 04 93 80 52 52

Votre question

Votre adresse mail ne sera pas publiée. les champs requis sont indiqués par *